Le salon de Balder

01 septembre 2010

Page

Des mots juchés, jugés perdus en apparence, chevauchant circulaire les ellipses jusqu'à ras bord,  comme creusés vivant à pleine main dans les failles de la page. Tapis entre deux lignes l'insigne paraît cynique. Il est le glouton qui s'alimente et s'égare nébuleux au revers de la boutonnière. Polymorphe couverture d'un après midi sur un banc décroisé d'une place de province. Polémique nuptiale en éventail. De parade en parade le papillon glisse, ivre de pollen et de vertige sur les rampes fleuries d'un vent soudoyant les cloches... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 août 2010

Take a trip

Dehors s'expatrient, oeuvres vivantes, les singes et les saucisses. La main gantée ouvrage délicatement le houblon épais décochant lui-même, une atmosphère alcoolisé aux ciels moirés, dansent des flèches de caramels. Sirop des pierres entre deux tranches d'ours. Bien à point l'aurore se fend et gesticule laissant entrevoir le bout de ses ressorts mous. Facétie proxémique d'un nuage salicoque. J'achète au biscornu trois poignées de lentilles, c'est apaisant de ne rien comprendre aux extensions verbales d'un gnome intersexué, on en... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 10:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 août 2010

L'ouvre page

&  Le lieux est bradé, près à disparaître, Barcelone s'écroule, page après page, ville éteinte et étouffante, asphyxiée d'enseignes, prises dans la nasse normative d'une Europe qui nettoie, rectifie, aplanie les rues, aplatie les hommes, désinfecte, aseptise, et roule dans la farine modifiée la moindre échancrure, la plus infime différence. Vague uniformisante qui transforme l'homme en beignet de poulet tout juste bon à déambuler dans des parcs d'attractions débiles, élevant une batterie d'humanité, là où fois encore le "ce... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 août 2010

ou ça?

Ce n'est pas là, m'a t il dit, ce n'est pas là! Entre cette porte repliée sur ce bras de mer et les appendices portuaires rongés de fioul. Ce n'est pas là, mais alors où? Marken était loin maintenant, une pluie n'aurait pas suffit à résoudre le cartilage de ce méandre. Dans quels estuaires rivetés de cyanure s'encanaillait maintenant l'étrange animal. Sur quel comptoir, sous quelle lune? Avançant depuis l'étrave, jusqu'en timonerie, l'homme au balai lança quelques paroles en travers de la baie, le vent coucha quelques mouettes dans... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 juillet 2010

quelques riens

Cherche midi n'importe quand, à trouver l'insolite un peu dans n'importe où. Sur cette terrasse allumée se pressera le lait piquant d'une figue, nous irons adossés au vieux temple, un chagrin, un ressort berbère bien ventilé comme un ami d'autrefois qui ne parlait pour revenir que de trains défendus sous des tunnels de vignes. Collines italiennes, pergola transparente d'un automne à Settimo Vittone. Il restait des bouteilles, quelques verres aussi, mais les gens étaient rentrés chez eux, le village semblait désert, les toits... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juillet 2010

Rencontre d'un autre type

 Alechinsky Eau forte       Bol de nuit et soupe froide, regarde en face tomber les glaives dans l'exil. Elle reste en syncope sur un pilier aussi étroit et l'automate refait surface sur le berceau encastré d'une ogive nucléaire dans la forêt de sapin. Le chalet est au bout du monde, là où les cimes des montagnes rétrécissent tellement qu'il faut un balancier pour leur marcher dessus. Elle respire encore trois fois la neige et dans un flocon ganté d'atomes descend la pente criminelle de l'esbroufe à... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 juillet 2010

Café

                La tranche d'une rue cuite au fournil sans fin de la mort d'une étoile.                                                                              Levez-vous songes creux de vos draps souillées de sommeil, le chien agite sa queue de brique, il est l'heure de rompre avec la soif.... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 juillet 2010

Fenêtre sur ville

&  Sous les grandes cimaises de béton.                                                                                                                      Planter cossu dans une touffe de cheveux d'or, l'attachement aux grues, aux... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 juillet 2010

Ombres

  Dans le Hall, une escale, un autre bruit, porte qui claque, abri, demain, ouvrir en sauvegarde un panneau, renouveler les choses, les épuiser et recommencer à l'ouverture crispée d'une mâchoire quelques jours après l'uppercut.                           Il en est de même dans les panoplies.                                              ... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 13:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 juillet 2010

Les cheminées

Elle sonna à la porte. Vers cinq heures quelqu'un est venu ouvrir. - Attendez-vous depuis longtemps?Je n'attendais pas, dit-elle...quelqu'un, - j'étais juste de passage, alors j'ai sonné.- Et vous pourquoi m'avez-vous ouvert?- Je n'ai ouvert que par curiosité. - Je ne voulais pas vous voir vous, mais il fallait que j'ouvre, depuis le temps... - le temps n'est rien ici,  à cette porte. - Voulez-vous un fauteuil bleu, pour vous asseoir? - C'est risqué de se laisser surprendre par ces choses. - Où étiez-vous avant de sonner à ma... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :