Le salon de Balder

10 octobre 2010

signes

Nous débloquons des citrons, des grumeaux du dimanche. Assis dans le couloir de cet hôtel, tout prés de Genève, la ville cadran. L'homme d'étage amène quelques idées à faire frémir les mangoustes. Au passage d'une grue imprimée sur le mur, il rechigne à nous laisser en paix. Son agitation est déstabilisante, d'abord se sont ses jambes qui s'imaginent courir vers un néant plus propice, ensuite ses bras dévorent l'espace autour de lui à grand coup de bâton imaginé. Puis il part dans un nuage épais de crème au beurre, et enfin il revient... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 octobre 2010

Transit

 Au début, des statues, tournent le dos au ciel des abris bus, nous avortons alors de quelques fantômes sans consistance et elles restent centrées sur leurs axes, expédient en attente, quelques passants sans suite. Au fond matriarcale et solennelle une mâchoire déglutie des escalators, des mètres cubes de visages, d e corps dilatés par d'autres tropiques, de tensions phagocytes dans des sandales insomniaques. L'agent fait part de ses bulles d'armoise et une lune vierge invoque promène son halo sensoriel sur toutes les... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 octobre 2010

Sauté du lit

Boulevard sans angles effrayés, rue Claude Decaen juste avant d'accéder au stade Léo Lagrange, quelques îles fleuries, des trottoirs, du gazon par les eaux, éventré vieille soupe. Il marchera en direction du musée des arts africains et océaniens en suivant la route des fortifications, il approchera sa tête d'hydre élastique dans la lucarne de Vincennes, mais gardera les yeux fermés, il sait qu'il n'y entrera pas, c'est si vert, rempli de l'absence irréprochable du béton. Manucurant son cortex en partant de la droite, révélant une... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 octobre 2010

Comme on y va

Il reste des traces de la nuit dernière, des fragments de choses amassés dans un panier que Coover n'aurait pas laisser sur le bord de la route. Comme on y va, sans direction particulière, avec juste vrillé à la boussole, une tangente vers le nord, un caillou posé dans le bruit de l'écume, quelques rayons abrégés dans le ventre d'un ciel profond et bas. Vous pensez à cette photo, où l'on aimerait que William Gibson lève la tête sous les câbles de Chinatown. Il ne le fera pas parce que la route-rue est encore trop étroite pour y voir... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 octobre 2010

Helter skelter

Ça ne sert pas à grand chose de découper le potiron dans le sens des aiguilles d'une ombre. Le potentiel est ajusté aux mémoires d'avant même la naissance et ses boyaux. Cintré des huiles du fleuve, l'homme lit debout sur sa planche à roulette dans les assauts d'une grande marée amniotique à sens unique, pas des brindilles, non! Des retournements, non plus! Fallait encore oser prédire un autre monde que celui-là! Alambic à dit, d'un neutralisme froid tu restera, pas besoin d'un hercheur pour trouver le filon, pas la peine de se la... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 septembre 2010

Intrusion

&nb Convives absent au grand bûcher des malvenus où simple passager d'un atome comme un autre.                           Qu'aurais-je fais d'une peinture si une ombre passante avait ouvert les volets?                                                                         A la radio une... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 12:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

22 septembre 2010

Atha Cliath an Domhnach

Les palmiers irlandais mouillent leurs ancres dans des verres de bières épaisses comme l'eau des canaux.                             De la tourbière à la tourbière... ailes pellucides d'un roseau, dépouillé tel un ange.                                                 ... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 09:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 septembre 2010

A nos étoiles

Des guirlandes d'aiguilles tournant le dos à l'aube plate de vos remords, celle qui ne laisse jamais le jour venir.Ce fait étalé au grand jour, la brebis parcheminée d'étoupe m'a convaincu qu'il n'était pas trop tard pour ranimer le cortège des macchabées .J'ai pris de l'illusion, et pas qu'un peu, des monceaux rutilants où le temps lui-même aurait fait naufrage s'il avait existé.Un creux dans la main, l'hostie à jamais coincé en travers de la gorge, j'ai saisi une à une vos omoplates d'ectoplasmes pour les retourner et chercher... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 21:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
08 septembre 2010

A travers les gouttes

La rue braie ses menaces indomptables, déclenche sur les secondes des variations climatiques, mieux vaut s'y tenir enter par le marteau d'un soir bleue enclume, vérifiant sans méandre les variétés grisantes des éclairs, prendre la foudre et décamper sur le sofa, malin qui s'en habille d'une autre peau, celui-la versatile trouvera la lumière pour étrangler sa soif, esquisse. Esquinter l'incrédule, pendant ce temps, tremble encore sous les ogives en lorgnons du vieux frigo. Madame, je voudrais récupérer ma monnaie, le jeu à... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 17:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 septembre 2010

Il y a

Tube: Tuyau par où l'air, les fluides et les liquides peuvent avoir une issue. Le jour prend demain, un autre train, Tanins et lavis s'écorchent en surface,Sur l'oreiller monticule, La nuit laisse tomber ses somnolences,heures de granit allumées de dentelles,prisme de pierre, iris dégagé des brumes du réel. En arrivant en haut du grand escalator, il y eut ce monstre de glace, j'ai dévisagé son squelette, associé intermittent d'un rayon x méticuleux, scrutant lointain le palimpseste de métal.Longeant rectiligne la densité de... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 12:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :