Le salon de Balder

27 novembre 2010

Glaner

Des statues sans ailes, regardent nos alliés s'animer de courants d'air.Des humains qui s'embrasent sur les pointillés de leurs vestiges. Dehors il fait moins sang sous le tapis de canicule, l'extra terrestre enjambe le sous sol et se dresse au milieu de nos sermons de songes glanés par l'immobile. Serpente, faufile, enraye les assauts. Sur les dalles ils ont mis, comme on dit...le paquet, des armoires oscillantes entre de vieux murs découpés à la craie et aux bruits de la hache. Ramasser les nuages, compresser les bonnes... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 novembre 2010

PUB

Tes arbres s'animent lorsque sous les fenêtres il cesse de pleuvoir. Jane accueille en son verre, le temps ruisseau. Et sous les vestiges de la nuit quelques danseuses créoles des cercles polaires s'harnachent goulûment d'un hermétisme difficile à transcrire pour la main à l'affût, attendant ses symboles dans le charbon du tableau noir. Reprend matelot une dernière bière et pousse la mousse sur la bordure du grand lac où Le saumon et les huîtres dans le même panier avancent vers la naissance d'un nouveau soleil. Même le samedi il... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 novembre 2010

Underworld

Descend ta nasse vers le sous sol, quelques ruisseaux savent encore y mouvoir leurs anguilles. Pain de mie de neuf heures beurré à l'eau de mer, personne avant ne m'avait dit qu'il restait des sirènes à l'entresol capables de déclencher des tourments anatomiques.J'ai pris le ghetto de plein fouet en traversant le soupirail, des odeurs de camphre, des parfums d'éboulis, des peaux sgraffiées suspendues à des rythmes désossés par les basses. Sur une table en rouille un Bouddha usé s'acclimatait aux décennies à l'aide d'un ruban de... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 14:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 novembre 2010

La messe de l'abri bus

Serpente et grouille dans le réveil, olombre grise des matinées de gueule aux abois, le cerveau est la mangrove des voyages immobiles. L'interrupteur s'est délité dans 13° degrés d'alcool rouge épais, chacun à brûler sa dernière abeille entre les platanes parallèles. Il restait du désert à servir, des silences entre les paroles, mais Jésus ne s'est pas invité à la noce, il était temps de manger la viande avant qu'elle ne refroidisse et ne finisse coincée dans le brouillard d'un gosier misanthropique. Cacophonie matinale, prends les... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 09:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 novembre 2010

Brouillard

Répéter des pas entre les lignes près de cet embarcadère où mon père s'est mis à danser avec une allégresse inconnue de son vivant.                                                                                                                    ... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 novembre 2010

11H45

Colis d'étoupe mal embouché, vase creux plein de potasse, mélange opaque sans vivacité. C'est quelque chose assis sur le comptoir qui fait de l'ombre à la rue. Remuant, bavant, empestant les intervalles. S'y glisser alentours n'est pas sans risque. S'évider le couloir des interrogations s'avère nécessaire, pour franchir le pas. L'élément numéro quatorze annonce une jambe vers la fosse, trois chiens plus loin ça sent le renfermé, le sordide, les yeux qui pendent aux bord d'excavations granuleuses, orbites renégats surendettés... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2010

Etagères

          Chasse gardée, au ciel coupé, trois points donnés, c'est l'aventure d'un fouille page, d'un gratte papier en apparence désabusé. Cherche, cherche petit soldat des mots en travers de la gorge, depuis les réveils, ça s'époumone dans la spéculation, mais c'est décoincé qu'il faut défaire son marché sémantique. J'ai du poser dans les soutes, la quelques égéries rutilantes, maquillées et masquées de cimiers orthodoxes. Puis la ligne s'est mise à courir, main dans la main avec l'écho fleuri d'un... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 octobre 2010

Quelques pas avec Conrad

Aussi sourde et rigide qu'une femme de Bath, je lui ai tout de même acheté trois bouteilles d'étrange. J'ai du payer trois livres pour le tout et elle ne m'a pas même offert l'ombre d'un oeil de papillon. Rien à faire j''étais dévoilé, perdu en chemin vers le Midwest à l'affut du moindre train qui pourrait m'éviter de traverser Londres à nouveau. Mais je ne l'ai pas trouvé, alors je suis descendu à Victoria, comme toujours, et j'ai à nouveau marché vers la gauche en sortant de la gare, pour atteindre la public library, c'était un... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 octobre 2010

L'hopital des probalités

Mon ordinateur à les cheveux qui poussent, ça ne date pas d'hier. Au début cela me gênait un peu pour taper entre ses yeux des mots sans les crever. A l'hopital ils n'ont rien trouver d'anormal, une tension fiable, un cœur de poulain puceau comme une anguille. Au début j'ai cru que c'était de la mousse, du lichen, mais peu à peu lorsque sont arrivés les premiers épis et ensuite les premières mèches, j'ai compris qu'il s'agissait de cheveux. Ce n'est pas pratique le shampoing lorsque je l'amène chez le coiffeur, ça lui pique les yeux... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 20:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 octobre 2010

slogans

Granulés sialagogues estampillés par l'état d'urgence, chacun y va de son crachat et l'humus dans la rue fait de son mieux. Parfois dans les nuées ça resplendit, mais de compromissions en connivences, l'obscénité s'accélère, l'extérieur est tordu, comme vu, depuis le fond d'un aquarium.La parénèse supplie de toute part, on ne sait plus ou dodeliner de l'esthète pour y entrevoir une embouchure, s'il suffisait d'attendre impassible après les uns ou les autres, accrochés à leurs pancartes guillochées au méthanol, plutôt que de créer avec... [Lire la suite]
Posté par Balderine à 21:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]